Recherche

Recherche avancée
Ma séléction
0 article(s)
> afficher la liste

Suivez-nous sur

Picto youtube
Picto flickr

carte interactive

Agenda

Oingt, "Plus Beaux Village de France"

Rien n’est plus plaisant que de flâner dans les ruelles de cet ancien village médiéval d’Oingt, dont les maisons aux très vieilles pierres dorées du Beaujolais sont, depuis quelques décennies, superbement restaurées.

Forteresse redoutable au Moyen-Age, la seigneurie d’Oingt serait la plus ancienne de la région, et ses vicomtes dominèrent longtemps la vallée moyenne de l’Azergues. Elle n’a gardé de ses remparts, démantelés en 1562 par le baron des Adrets, que la porte fortifiée de Nizy, qui constitue aujourd’hui encore son entrée principale, et le donjon du château, une tour cylindrique haute de 18 m.

Le village lui-même, en revanche, avec les façades ocre roux de ses vieilles demeures, ses ruelles pavées aux noms rabelaisiens (rue Trayne-Cul, rue Tyre-Laine, rue Coupe-Jarret…) et les échoppes de ses artisans, potiers, peintres ou tisserands, a conservé tout son pittoresque médiéval.

Dans le chœur de l’église qui, bâtie au XIIIème siècle, mais fortement remaniée à la fin du XIX°, fut d’abord la chapelle castrale, des culs-de-lampe sculptés à l’effigie de Guichard IV, de son épouse et de leurs six enfants méritent le coup d’œil.

Du chemin de la ronde, et surtout de la terrasse du donjon, se déploie un extraordinaire panorama, qui permet de contempler les monts du Beaujolais et du Lyonnais, et par temps clair, d’apercevoir le Jura et le massif alpin jusqu’au Ventoux et au mont Blanc.

Si, à Oingt, les pierres occupent le devant de la scène, elles n’en font pas pour autant oublier le vignoble, puisque le village abrite le siège de la dynamique confrérie des Grapilleurs des Pierres Dorées.

 

 

A ne pas manquer :

Festival d’orgues de Barbarie :

Voilà plus d’une décennie que, à la fin de chaque été, les joueurs d’orgue de Barbarie prennent possession du vieux village. Le temps d’un week-end, tous ces rutilants limonaires emplissent places et ruelles de leurs mélancoliques rengaines.

Bouton haut de page