Recherche

Recherche avancée
Ma séléction
0 article(s)
> afficher la liste

Suivez-nous sur

Picto youtube
Picto flickr

carte interactive

Agenda

Beaujeu : une capitale à la campagne

Avec ses 2000 habitants, Beaujeu n’est qu’une toute petite ville, mais c’est pourtant une capitale authentique. Elle a donné son nom au Beaujolais et s’est imprégnée de son âme.

La vieille capitale des seigneurs qui ont donné leur nom à la ville et au pays est stratégiquement située à la frontière du Beaujolais des vignes et du Beaujolais des sapins. Beaujeu a gardé de son passé de très beaux vestiges, surtout dans le quartier central qui entoure l’église Saint-Nicolas. Celle-ci, bâtie sous Guichard III à l’emplacement d’un étang où, dit-on, son fils se serait noyé, date pour l’essentiel des XI°et XII° siècles. Si le style roman l’emporte, de très importants remaniements, dont les derniers remontent au XIX°, lui donnent à l’intérieur une allure plus composite.

A quelques pas, une maison Renaissance abrite le pôle œnologique des Sources du Beaujolais, une demeure du XVII° siècle accueille la mairie, le Syndicat d’initiative et surtout le musée Marius-Audin, consacré aux arts et traditions populaires de la région.

 

Autre bâtiment remarquable, l’hôtel de la Tour, sur la place de la Liberté, aurait accueilli Louis XI lors d’un de ses séjours en Beaujolais. Quant à l’hôpital, considérablement remanié au cours des siècles, il a gardé intacte une très belle apothicairerie du XVII° siècle, hélas fermée au grand public.

Beaujeu constitue un camp de base idéal pour partir à la découverte des dix seigneurs du Beaujolais, les crus.

Enfin, on ne saurait quitter Beaujeu sans une halte au Temple de Bacchus, caveau de dégustation de la ville, où trône la fille de Louis XI, Anne de Beaujeu, pâle figure de cire vêtue de pourpre : celle qui fut un temps la régente du royaume eut à cœur de visiter souvent « son » Beaujolais, qu’elle administra avec générosité et sagesse.

 

 

A ne pas manquer :

Les Sarmentelles : Concours de dégustation, fanfares, défilés aux flambeaux, processions de confréries, intronisations, banquets et bals… Le troisième jeudi de novembre, Beaujeu entre en folie pour la fête des Sarmentelles. On y brûle rituellement les sarments de bois mort de la récolte précédente pour annoncer la suivante, d’où son nom, et surtout à minuit tapant, on y met en perce les tonneaux de vin nouveau.   

Huilerie Beaujolaise 

Bouton haut de page